Oncogenic role of mycotoxins

Isabelle Oswald

Author address: 

INRA, Toulouse

Abstract: 

Les mycotoxines sont des métabolites secondaires produites naturellement par les moisissures principalement celles des genres Fusarium, Aspergillus et Penicillium. Ces toxines peuvent contaminer de nombreuses denrées alimentaires mais se retrouvent également dans l'atmosphère. Il existe de très nombreuses mycotoxines avec des structures très variées dont le seul point commun est d'être toxique pour l'homme ou l'animal. Lors de l’ingestion ou de l’inhalation, certaines mycotoxines ont une toxicité aiguë très marquée (exposition unique à une forte dose), mais il est exceptionnel en Europe d’être exposé à des doses toxiques en une seule exposition. Dans tous les cas, les effets chroniques (exposition répétée à de faibles voire très faibles doses) sont les plus redoutés en raison du pouvoir de rémanence de ces toxines. La toxicité est des mycotoxines est très variable, certaines toxines exerçant un pouvoir hépatotoxique voire cancérogène, d’autres se révélant avoir un potentiel œstrogènique, immunotoxique, néphrotoxique ou neurotoxiques. Les principales mycotoxines ayant des effets cancérigènes sont les aflatoxines, les fumonisines et l'ochratoxine A. Les aflatoxines sont un groupe d'environ 20 métabolites. Elles sont produites principalement par les champignons Aspergillus flavus et A . parasiticus. Les aflatoxines contaminent divers aliments dont le maïs, les arachides et les noix, et provoquent divers troubles aigus et chroniques en santé humaine. L'Aflatoxine B1, la plus toxique des aflatoxines, est un cancérogène puissant du foie, causant carcinome hépatocellulaire chez les humains et une grande variété d'espèces animales. Les fumonisines sont produites par les champignons Fusarium verticillioides, F. proliferatum, A. Niger, et quelques espèces apparentées. Les fumonisines ont d'abord été 6 impliqués en 1988 dans des maladies humaines, en relation avec les taux élevés de cancer de l'œsophage dans l'ancienne région du Transkei en Afrique du Sud. L'exposition aux fumonisines est aujourd'hui considérée comme un facteur de risque pour le cancer de l'œsophage chez l'homme. L'ochratoxine A est produite le plus souvent par Penicillium verrucosum, Aspergillus carbonarius, et Aspergillus ochraceus, qui peuvent produire cette toxine à travers une large gamme de températures. L'ochratoxine A est un cancérogène rénal puissant chez plusieurs espèces animales. Cependant, malgré les nombreuses études montrant des effets cancérigènes chez l'animal, il n'y a pas de cas documentés d'effets indésirables chez l'homme causés par une exposition l'ochratoxine A. En effet, plusieurs études réalisées dans le passé ont présenté cette toxine comme cause potentielle de la néphropathie endémique des Balkans, une maladie chronique, avec une atteinte rénale associée à une incidence élevée de tumeurs des voies urinaires en Europe de l'Est. Cependant, de nouvelles études suggèrent que l'agent étiologique dans la néphropathie endémique des Balkans est l'acide aristolochique. D'autres mycotoxines comme la griséolfulvine ou la stérigmatocistine également considérées comme cancérogènes probables chez l'homme (groupe 2B de la classification du Centre International de Recherche sur le Cancer)

2015

Full conference title: 

Journées scientifiques de la SPE, November 2015
    • SPE